CLASSROOM Y2 V2 : ÉPILOGUE


Le calme avant la tempête

—————————————-
Traduction : Colonel Raclette
Correction : Nova, Raitei
———————————————–

La fin du premier semestre était arrivée beaucoup plus tôt que je ne l’avais prévu, me forçant alors à envisager la suite des évènements.

Cela faisait un an depuis la dernière fois que nous avions quitté le campus pour nous diriger vers le port, où nous étions montés à bord d’un immense navire pour une île déserte inconnue. Le début d’une petite épopée.

Le lendemain matin, l’examen spécial allait officiellement débuter. Les élèves, auxquels on avait donné rendez-vous en classe pour une brève explication des évènements, se dirigèrent naturellement vers leur salle où ils y attendirent leur professeur principal. Pendant ce temps, une brève liste s’affichait à l’écran, avec des phrases tels que « y a-t-il quelque chose que vous avez oublié ? ».

On était autorisé à apporter des sous-vêtements de rechange pour une semaine, ce qui était nécessaire pour maintenir un minimum d’hygiène. Les téléphones portables étaient obligatoires, mais ils allaient probablement être confisqués en début d’examen. Enfin, quand bien même on avait pu en apporter un, il n’y allait probablement pas y avoir de signal sur l’île de toute façon. Ils servaient probablement à payer une éventuelle pénalité ou à acheter des articles sur le bateau.

En attendant la sonnerie signalant le début du cours, Keisei, qui semblait à nouveau tout vérifier pour s’assurer qu’il n’avait rien oublié, vint à côté de ma place avec une expression morose sur le visage.

Yukimura Honnêtement, survivre sur une île déserte n’est pas quelque chose où je suis très bon. On pourrait aussi bien me demander d’attraper un nuage.

Moi — Pas étonnant, vu comme c’est si loin des standards habituels.

Keisei Mais c’est même encore plus dur pour les filles, donc je ne peux pas vraiment me plaindre.

Contrairement aux garçons, il existe des difficultés propres aux filles. Ce type d’examen était donc encore plus difficile pour elles. Bien sûr, l’école avait fait de son mieux pour en tenir compte, mais cela ne facilitait pas la partie la plus difficile de l’examen.

Yukimura Bien qu’on soit en compétition dans différents groupes, je veux toujours faire ce que je peux pour aider.

Bien qu’il s’agisse d’un examen spécial sur lequel il n’était pas à l’aise, Keisei était déterminé à faire tout ce qu’il pouvait pour protéger ses camarades.

Moi — Ouais. Il devrait y avoir un moyen de coopérer, alors je te donnerai un coup de main le moment venu.

J’avais promis de les aider autant que possible.

Yukimura Mais, ça ira bien seul ? Si tu tombes malade, c’est fini. Si par hasard tu reçois la pénalité, t’auras à payer 6 millions de points… Tout serait fini en un instant.

Moi — Mon record d’assiduité est l’une des rares choses dont je peux être fier.

Yukimura Tu fais de l’humour, maintenant ?

Keisei, qui riait, regagna sa place. Peu de temps après, la cloche sonna, annonçant une nouvelle bataille et les 39 membres de la classe de 1èreD prirent place.

En entrant dans la salle de classe, l’expression naturelle de Chabashira tourna en un air sérieux et l’atmosphère devint lourde.

Chabashira C’est le début des vacances d’été aujourd’hui, mais vous avez l’air très tendus. Eh bien, je suppose qu’on ne peut rien y faire.

Chabashira activa l’écran et sa tablette.

Chabashira Alors, nous allons procéder au contrôle final. Si vous ne vous sentez pas bien maintenant, vous devez le signaler.

Confirmation des effets personnels et de la condition physique. Après cela, l’emploi du temps et les éléments nécessaires furent de nouveau affichés. Heureusement, il n’y avait pas d’élèves malades en 1ère D, donc tout allait bien. Kôenji était sage, ce qui était normal pour un élève qui avait choisi de se battre seul plutôt qu’en groupe.

Chabashira Pas de problème ? Super.

Chabashira éteignit le moniteur quelques minutes plus tard, après avoir confirmé toutes les choses nécessaires avant de partir pour l’examen. Puis, pour attirer l’attention de tout le monde, elle tapota doucement sa main une fois sur le pupitre.

Chabashira Ce n’est pas la première fois que vous passez un examen spécial. Vous luttez dans cette école depuis plus d’un an et vous avez surmonté toutes sortes de difficultés. Néanmoins, cet examen spécial ne sera pas facile.

C’était un conseil de Chabashira, ou du moins plutôt une sorte d’avertissement.

Elle nous conseillait toujours de ne jamais nous reposer sur nos acquis.

Chabashira Il est indéniable que cet examen est plus difficile que tout ceux que vous avez dû affronter auparavant.

Chabashira regarda attentivement la classe, comme si elle essayait d’imprimer le visage de chaque élève dans son esprit.

Chabashira Je n’ai qu’un seul souhait pour vous tous. Si vous le pouvez, ne laissez pas un seul de vos camarades disparaître et revenez à nouveau dans cette classe.

Chabashira espérait que cet examen n’allait pas être un aller simple pour nous.

Chabashira On se réunit dans la cour dans 10 minutes pour faire l’appel. C’est le moment où jamais si vous avez besoin d’aller « prendre vos précautions ».

Comme nous n’avions pas beaucoup de temps, les élèves se précipitèrent aux toilettes. Quand Akito et le groupe se rassemblèrent autour de mon siège près de l’entrée, je me levai avec mes bagages.

Presque au même moment, Kôenji se leva et se dirigea vers quelqu’un.

Kôenji Puis-je te parler une minute, ma petite ?

C’était un comportement rare qui avait attiré non seulement mon attention, mais aussi l’attention des élèves restés dans la classe.

Horikita Il est rare que tu viennes me parler de ton propre gré.

Il semble que Horikita en fut la première surprise.

Kôenji Il y a quelque chose dont j’aimerais discuter concernant l’examen spécial qui est sur le point de commencer.

Horikita Oh mon Dieu, tu veux nous aider ? Kôenji — Disons que tu as à moitié presque raison.

Horikita avait l’air méfiante en entendant les paroles inattendues de Kôenji. Je savais très bien qu’il n’était pas du genre à aider les autres aussi facilement.

Horikita Quel est ton objectif ? Peux-tu me parler de l’autre moitié de ce que tu voulais dire ?

Kôenji Les points de classe pour les trois premiers groupes. Tu les veux, hein ?

Horikita Bien sûr. En fonction du nombre de points que nous pouvons obtenir, l’ordre des classes peut changer de manière considérable.

Kôenji Alors laisse-moi faire une suggestion, d’accord ? Si j’obtiens un bon résultat à l’examen de l’île, je veux que tu me promettes une complète LIBERTÉ.

La classe resta silencieuse pendant un moment, en raison de la déclaration inconcevable de Kôenji. Bien qu’il ait une condition, il avait exprimé son intention de participer sérieusement à l’examen spécial.

Horikita Te promettre une liberté totale… C’est une proposition inattendue. Te permettre de continuer à faire ce que tu veux, comme avant, c’est ça ?

Kôenji Exactement ! Non seulement je devrais être autorisé à faire cela, mais tu auras aussi à travailler dur pour éliminer tous les obstacles sur mon chemin. Ma déblayeuse personnelle quoi !

Donc ce qu’il voulait dire, par exemple, comme le vote de classe de l’année dernière, si un examen spécial était organisé à l’avenir pour expulser un élève non nécessaire à la classe, protéger Kôenji sans condition allait être un de ses devoirs.

Horikita Ce n’est pas quelque chose que je peux facilement accepter. Tout le monde dans la classe pense probablement la même chose.

Faisant partie de la classe, aider était l’obligation minimale… Il n’allait pas être facile d’obtenir la permission de simplement regarder comme un spectateur.

Kôenji Considère cela comme un paiement anticipé avant l’obtention du diplôme.

Apporter sa contribution à la classe en échange de pouvoir faire ce qu’il veut ensuite.

Horikita On dirait que toi aussi, tu peux sentir l’épée de Damoclès au-dessus de ta tête. Tes camarades de classe ne pardonneront pas pour toujours tes discours insouciants et tes singeries. Si un examen spécial comme le vote de classe a lieu à nouveau, tu deviendras leur bouc émissaire.

Même pour l’excentrique Kôenji, éviter une crise allait être difficile selon le contenu de l’examen.

Horikita Il n’y a pas besoin d’une proposition aussi drastique. Tu ne peux pas simplement être comme tout le monde ?

Naturellement, Horikita rejeta la proposition de Kôenji. Mais même si elle le rejetait maintenant, Kôenji n’allait de toute façon pas nous aider ensuite, le connaissant. Refuser catégoriquement n’allait faire que lui donner ce qu’il voulait. En partant de ce principe, l’amener à tout donner uniquement à cet examen était certainement une option, mais…

Horikita Désolé Kôenji-kun, je mise trop sur ton talent pour te permettre de carburer cette fois pour ne plus rien faire ensuite. Cela ne me convient tout simplement pas.

Après avoir pris en compte divers facteurs, Horikita prit cette décision.

Kôenji Je vois. En d’autres termes, les négociations ont échoué ?

Horikita Pas tout à fait. Si je peux y ajouter quelques conditions, ce serait une proposition acceptable.

Même si elle aurait pu le rejeter, Horikita semblait avoir d’autres idées.

Horikita Une réponse vague comme « obtenir un bon résultat » ne fera pas l’affaire. L’école a préparé une récompense pour le groupe terminant à la 1ère place de cet examen. Si tu obtiens la première place par toi-même, ça pourrait être une raison suffisante pour qu’on considère cela comme ton ultime contribution jusqu’à l’obtention du diplôme.

Si Kôenji, qui n’était pas dans un groupe, gagnait seul, 300 points de classe étaient à la clé pour la classe D. Une belle contribution d’un seul coup, équivalente à une année de contribution quotidienne. Néanmoins, prendre la 1ère place parmi plus de 100 groupes n’allait pas être aisé, même pour Kôenji.

Kôenji Je vois je vois. Certainement, il semble que tu seras satisfaite si je finissais donc premier ?

Kôenji rigola bruyamment de cette bonne affaire. Kôenji Pas de problème, affaire conclue ! Horikita Non, pas encore.

Kôenji fit un geste comme s’il allait accepter cette proposition ridicule, mais Horikita ajouta immédiatement que ce n’était pas encore suffisant.

Horikita Je n’ai pas encore fini. Je vais t’inclure dans mes calculs et ma stratégie à cause de tes beaux discours, mais à supposer que tu te rates la classe pourrait au contraire en pâtir.

Kôenji En d’autres termes ?

Horikita Si tu n’obtiens pas la première place, tu devras aider la classe à l’avenir, comme le prochain examen spécial, et obtenir des résultats. Tu dois me faire cette promesse.

À ce moment, je pouvais clairement entendre la respiration de Keisei à côté de moi, alors qu’il regardait tout le spectacle se dérouler. On pouvait appeler cela un magnifique ajout de condition. Si par chance Kôenji venait à la première place, c’était bon. Même s’il n’arrive pas premier, il allait devoir contribuer au prochain examen spécial comme condition supplémentaire. Quoi qu’il arrive, la classe D n’avait rien à perdre.

Maintenant, c’était à Kôenji de décider s’il acceptait la condition supplémentaire …

Kôenji Je vois que tu as donne désormais des directives avec assurance, petite.

Horikita Si tu acceptes les conditions susmentionnées, j’accepterai ta proposition.

Kôenji Alors c’est d’accord. N’oublie pas ta part.

Même s’il y avait une condition supplémentaire, Kôenji avait confirmé son accord.

Horikita Prévois-tu vraiment de gagner la première place par toi- même ?

Kôenji Après tout, il n’y a rien que je ne puisse pas faire.

Même si Horikita avait une condition si insensée, Kôenji l’accepta avec confiance, la prenant au dépourvu.

Kôenji Bien, vu que nous avons fini de parler. Je vais prendre congé.

Kôenji semblait satisfait de l’accord conclu lors de la négociation et quitta la salle de classe. Personne ne lui parla, se contenant de le regarder partir.

Horikita Je n’ai aucune idée du sérieux de Kôenji cette fois… Moi — Comme d’habitude…

Horikita  —  Mais  c’est  une  opportunité  rare.  J’ai  réussi  à  lui  faire promettre son futur engagement finalement.

Même si je ne pensais honnêtement pas qu’on pouvait lui faire confiance, c’était un développement inattendu. Mais plutôt logique. En effet, pour vivre une vie scolaire insouciante, Kôenji avait besoin de soutien. Il ne pouvait pas continuer à faire le zouave éternellement en toute impunité, et ça, lui-même avait fini par le comprendre.

Et quel meilleur soutien que celui de la chef de classe, Horikita ?

HorikitaS’il pouvait vraiment obtenir un rang dans le haut du classement, ce serait super… Cela nous procurerait vraiment un gros avantage sur les autres classes.

Dit-elle en tournant son attention vers moi.

Horikita On arrive premiers, et Kôenji arrive 2e ou 3e. Si nous pouvons faire cela, nous pourrions rattraper nos derniers faux-pas.

Si la 1ère D gagnait 400 ou 500 points de classe, nous pouvions obtenir un total de 700-800 au total. Suffisant pour nous amener en classe B en un seul coup. Et si Kôenji n’arrivait pas premier, il serait en plus contraint d’être sérieux au prochain examen spécial…

Horikita Enfin, ce n’est pas comme si j’étais confiante à 100% non plus. Kôenji est si imprévisible.

Qu’il s’agisse de capacités académiques ou physiques, si on se demandait s’il était ou non à son plein potentiel… Alors la réponse était non. La seule chose certaine était qu’il était quelqu’un d’extraordinairement talentueux.

Moi — C’est vrai, mais décrocher facilement la première place est une tout autre affaire.

Les féroces concurrents et représentants des autres classes, Sakayanagi, Ichinose et Ryuuen, visaient également ce même objectif. Et ça sans parler des 2nde avec le groupe composé de Hôsen et d’Amasawa. Puis il y avait les élites de Terminale, Nagumo, Kiriyama et Kiryuuin. Tous visaient la première place. Comme moi. Qui donc allait remporter le trône ? Et qui allait partir ?

Un long été était sur le point de débuter.

1

Mi-juillet. La chaleur s’intensifiait.

Tsukishiro marmonna en regardant les nombreux grands bus entrant dans l’école.

Oui, vous avez raison.

Un élève de 2nde répondit sans aucune émotion.

Tsukishiro, sans réagir à son manque d’enthousiasme, poursuivit.

Tsukishiro As-tu fini d’analyser ? Je pense que tu ne devrais pas perdre plus de temps.

  • Vous dites que je devrais… expulser Ayanokôji Kiyotaka ? Tsukishiro C’est trop te demander ?
  • Il est confirmé être adversaire redoutable. Non, c’est quelque chose que l’on savait depuis le tout début.

Tsukishiro Je coopérerai autant que je peux. Cela étant dit, je ne peux pas non plus tant interférer que ça.

En entendant cela, l’élève se souvint de la façon dont Tsukishiro les poussait à avancer avec ce plan.

  • Vous voulez dire que cet examen insensé était votre façon d’apporter votre aide ?

Tsukishiro Oui. J’ai été assez irréfléchi en faisant pression pour une augmentation du budget avec cet examen spécial. Plus important encore, j’ai également fait taire toute opposition aux règles strictes que j’ai imposées pour l’examen.

  • Vous  n’en  n’avez  donc  plus  pour  très  longtemps  en  tant  que proviseur intérimaire ?

Tsukishiro Probablement. L’affaire du Président Sakayanagi devrait être mise au clair sous peu. Je suis donc susceptible de quitter les lieux d’un jour à l’autre. C’est pourquoi j’ai préparé de splendides feux d’artifice pour la fin. Je veux que tu expulses Ayanokôji Kiyotaka par tous les moyens possibles, est-ce clair ?

  • Oui. Je vais passer à la vitesse supérieure.

Tsukishiro Je suis ravi d’entendre cela. Dans ce cas, tu es libre de pleinement te déchainer durant cet examen spécial. Une fois que tout sera réglé, tu reviendras également à ta vie d’avant. On pourra tous deux rentrer chez nous.

L’élève serra sa main gauche, comme si cette phrase réveillait une puissance naturelle en elle. Tsukishiro sourit doucement en voyant cela de côté.

Tsukishiro — J’attends de grandes choses de ta part. Nanase Tsubasa.

—————————————————
<= Précédent // Suivant =>
———————————————

Traduction de mangas/novels.