webcomic

Les Webcomics – Les mangas par le web

Premier dossier de la J-Garden depuis le lancement du projet, il m’aura fallu du temps avant de réellement me lancer dans sa rédaction, mais nous y voilà !

Je vais donc, comme le titre l’indique, aborder le vaste sujet des Webcomics qui, depuis quelques années, se démocratisent réellement en France. Qu’est-ce qu’un Webcomic ? C’est une bande dessinée dont le moyen de publication n’est plus le papier, mais le web. Logique ? La particularité de ce genre est son aspect totalement amateur. Des auteurs de BD, qui ont désormais une certaine renommée en France, ont par exemple commencé par là. De plus en plus de team de Scantrad s’intéressent à ce format, certaines se sont même spécialisées dedans. En effet, les webcomics possèdent certains avantages face aux mangas classiques. Outre des droits d’auteurs moins sévères, c’est aussi la facilité de traduction qui attire (moins de texte, moins de hors-bulles, aucun clean,…) ainsi que les univers abordés.

Nous sommes sur un site de culture nippone, et il est donc évident que ce support est très prisé par les auteurs débutants. Ainsi, comment ne pas citer le site coréen Naver qui propose une énorme quantité de manhwa (l’équivalent des mangas coréens), dont vous pouvez régulièrement lire des séries traduites en français. Ce dossier va donc consister à vous présenter quelques séries déjà cultes !

Plus précisément, quelle est la différence entre un manga classique et un webcomic ? Déjà, le format. Très souvent, les auteurs ne travaillent pas sur un format classique de page, qui est propre au matérialisé, mais plutôt sur une longue bande à la longueur variable. Ainsi, chaque chapitre est composé d’une seule et unique « page » qui varie en fonction du contenu. Ensuite, on remarque très souvent que les pages sont en couleurs. L’avantage du net, c’est qu’il y a pas de coût en impression, donc fini le papier de mauvaise qualité et le noir et blanc. Du coup, l’ordinateur est un outil majeur, et c’est un avantage pour nous les scantradeurs qui n’avons plus à nettoyer les pages, on a juste à changer les textes. Voilà pour les principales différences, après il est évident que des particularités peuvent apparaître d’une série à une autre, mais ça, ce sera à vous de le découvrir.

Webcomics – Les manhwas coréens

Tower of God / Team française / Team anglaise / Version originale

Tower of God

Certains le connaissent sans doute déjà, traduit depuis plus de deux ans en France, la série aura su, dès les premiers chapitres, susciter un grand intérêt auprès du public. Publié sur Naver, son auteur SIU nous fait découvrir un monde complexe peuplé d’une grande quantité d’espèces humanoïdes différentes. L’histoire est centrée sur une tour, dans laquelle s’affrontent des milliers de participants au cours d’épreuves organisées par les « Rankers » , des hommes qui ont réussi à atteindre le sommet de l’Empire Zahard. Le dirigeant de cet empire, Zahard, est considéré comme le Roi de la tour car il est le premier à avoir passé un contrat avec les gardiens de la tour, des créatures immenses dont les pouvoirs restent inconnus. Je ne vais pas entrer dans les détails des conflits qui entourent tout cet univers, je vous laisse le soin de les découvrir, mais il faut savoir que chaque chapitre est riche en rebondissements et en découvertes. Nous gravissons donc cette tour en suivant le parcours de Baam, un « irrégulier » – ceux qui parcourent la tour sans avoir été choisis par les gardiens – dont le but est de retrouver une amie qui est entrée dans la tour avant lui.

Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à suivre les liens, et pour les plus anglophones d’entres vous, vous pouvez toujours vous rendre sur le site de la team anglaise (The Company) qui est bien plus avancée que la Confrérie. Et remerciez-les pour leur travail au passage.

Noblesse / Team française / Team anglaise / Version originale

Noblesse

Série traduite en France depuis à peu près autant de temps que Tower of God, là encore un très bon manhwa plébiscité par les lecteurs. On y trouve la même chose que dans Tower of God : de la tension, des affrontements graves stylés qui claquent sa maman et un background particulièrement attirant (bien que moins original que le manhwa précédent). Imaginé par Son Jae-Ho et dessiné par Lee Gwang-Su, l’histoire se déroule dans une Corée moderne. Trois groupes majeurs se distinguent : les simples humains tel que vous, moi ou l’État, les Nobles, et l’Union. Les Nobles sont en réalité des sortes de vampires dotés de pouvoirs surnaturel et très puissants, qu’ils utilisent pour veiller sur les humains sans non plus intervenir dans les conflits. L’Union est un groupe d’humains dont le but est de surpasser les Nobles et leurs pouvoirs en utilisant la science pour modifier les humains et leur donner des capacités similaires à celles des Nobles. C’est alors dans ce contexte que nous suivons l’histoire de Cadis Etrama Di Raizel, alias Rai, un être entouré de mystère qui s’éveille dans ce monde moderne après une petite sieste de 820 ans. Là encore, une histoire assez complexe toujours accompagnée de son lot de surprises.

L’aspect un peu mou ou sérieux, je sais pas trop comment appeler ça, pourront en rebuter plus d’un, mais ne vous limitez pas à cette impression et essayez d’en lire le plus possible, vous ne le regretterez pas. Pour ce qui est du style graphique, il a énormément évolué entre le premier chapitre et le 200ème (oui, ça fait beaucoup, je le reconnais), et je dois dire qu’actuellement, chaque chapitre est tout simplement EPIC. La team anglaise (EGScans) est toujours plus avancée que la fraçaise donc si vous pouvez pas attendre la suite, foncez, sinon rendez-vous chez Akikaze France, et dites merci !

Trace / Team française / Team anglaise / Version originale

Trace

Crée par Go Yeong-hun, alias Nasty Cat, le manhwa est composé actuellement de trois séries : Trace, Trace 1.5 et Trace Perfume. La première était à l’origine traduite par la Toshokan, et est passée aux mains de la Webcopedia qui a récemment terminé la traduction en français. Trace 1.5 est une suite directe de Trace, et il faudra attendre pour la traduction française tandis que Trace Perfume est une histoire parallèle écrite par un autre auteur mais utilisant le même univers. L’univers de Trace, c’est quoi ? C’est un monde à peu près normal, tout comme Noblesse, et ça se passe en Corée. La différence avec le monde réel, c’est qu’il existe deux créatures un peu particulières : les Trace, des humains dotés de pouvoir à l’image des mutants de X-Men et compagnie, et les Troubles, des monstres qui n’ont d’humain que le visage. Incapable de communiquer, ces créatures sont particulièrement craintes de par leur tendance à tout massacrer sur leur passage. Les Trace n’ont pas à se plaindre non plus, rejetés par la plupart de la population, considérés comme des monstres, ils doivent se plier à de nombreuses règles sous peine d’être abattu par le gouvernement. À l’image de Noblesse, tout le monde recherche le pouvoir absolu à coup d’expérience monstrueuses et de massacres dans le but d’être toujours plus fort. L’intrigue est assez intéressante et les personnages sont particulièrement attachant. C’est donc l’histoire de Kim Yun Seong, un père de famille sans problème qui découvre qu’il est un Trace. Très vite le gouvernement débarque, lui enlève sa famille et le force à faire ce qu’ils lui demandent.

Si vous n’avez rien à faire, allez lire ça tout de suite, surtout que vous avez l’avantage de pouvoir lire un arc tout entier sans avoir à attendre la suite. Pour ce qui est de Trace 1.5, Death Toll Scanlations s’occupe actuellement de la version anglaise.

Voilà, je vous ai présenté ceux que j’aime le plus, mais pour ceux qui aimeraient en découvrir plus, voilà une liste non exhaustive des différents Webcomics que vous pouvez trouver ! (Liens anglais et/ou français).

3 réflexions au sujet de « Les Webcomics – Les mangas par le web »

  1. Dossier très intéressant sur un thème pas mal en vogue ces derniers temps. Je conaissais Tower of God et Noblesse. Merci de m’avoir fait découvrir Trace. 😉

  2. « Ajoutez y un style graphique » (fin du 5e paragraphe)

    un domaine qui m’est inconnu. j’irai faire un tour pour découvrir cet univers

Laisser un commentaire